mardi 22 avril 2014

En descendant les gorges du Chauderon

Il y a deux semaines, après avoir participé à une visite chez le tavilloneur Florian Despond, j'ai profité du fait d'être aux Avants pour terminer la journée par une jolie balade.




Comme un clin d'oeil suite à la visite, cette petite maison toute de tavillons était au bord du chemin alors que je redescendais de la Cergniaulaz où nous étions allés boire un verre, ma soeur, mon beau-frère et moi, avant qu'ils ne repartent chez eux.
La Cergniaulaz, tout le monde connaît, on dirait. Sauf moi! Je n'y suis allée que deux fois, et jamais pour manger. Ce dimanche-là, la carte des mets m'a fait bien envie… ce sera pour bientôt!


On s'éloigne des Avants et le sentier s'enfonce dans la forêt en direction des gorges du Chauderon, pour rejoindre Monreux.




En altitude aussi, le printemps est arrivé.




Le sentier est varié, on ne s'ennuie pas. Tantôt ça descend (et parfois même beaucoup, je ne m'y aventurerais pas avec ma classe!), tantôt c'est à plat. Tantôt il longe des parois moussues, tantôt il serpente entre les arbres. On entend tout au long de la balade la Baye de Montreux, de loin ou de près.





L'ail des ours m'a fait de l'oeil tout au long de la balade. Ses feuilles faisaient des tapis verdoyants sous les arbres.
Je me disais "non, n'en cueille pas…" car j'ai toujours un peu peur de confondre le feuille de l'ail des ours avec celles du muguet, qui est toxique. Et puis finalement, je me suis laissé tenter et j'ai fait ma petite cueillette. Et non, je n'ai pas ramassé de feuilles de muguet puisque j'ai survécu à la dégustation de ma petite soupe :)



Et hop, après le pont de l'autoroute, on passe directement du calme de la nature à la civilisation!




J'ai fait cette balade à la descente parce que la situation s'y prêtait mais je dois avouer que je la fais toujours à la descente… la flemme! Mais aussi car il est plus pratique de s'organiser en fonction des horaires du train qui relie Les Avants à Montreux au départ de la balade plutôt qu'à la fin, à mon avis.

Et ici, vous trouverez un descriptif plus détaillé de la balade, mais dans le sens de la montée, justement.

lundi 21 avril 2014

Journées européennes des métiers d'art: lithographe et tavilloneur

Il y a déjà deux semaines, j'ai participé à deux visites dans le cadre des journées européennes des métiers d'art.

La première a eu lieu au Flon à Lausanne, chez Raynald Métraux qui est lithographe.
Durant une heure trente, nous avons écouté ses explications, visité son atelier et mis la main à la pâte.

Je dois avouer que certaines explications m'ont paru très techniques. Je pourrais difficilement d'écrire à nouveau toutes les étapes de la réalisation d'une lithographie avec exactitude...





Toutefois, j'ai retenu que...
- on peut dessiner sur des plaques de pierre (voir photos)
- mais on utilise aussi d'autres supports (cuivre, bois,...)
- le gras attire le gras ;)
- il n'existe presque plus d'artisans capables de fabriquer les rouleaux servant à étaler l'encre
...

J'aurais dû noter * directement après la visite. Maintenant il me reste encore tout un paquet d'explications qui se mélangent dans ma tête... Mais qui ne sont pas assez claires pour que je puisse les retransmettre.












Je suis toujours attirée par l'ambiance de ces ateliers lumineux et sans fioritures, dans lesquels se trouvent des objets que je n'ai pas l'habitude d'utiliser et qui me semblent offrir tout un monde de possibilités.

----------------------------------------------------------

La seconde visite a eu lieu aux Avants, chez Florian Despond
Il exerce le métier de tavilloneur, dans le cadre de l'entreprise qu'il a créée, entreprise qui fait aussi des travaux de ferblanterie-couverture.
Florian Despond est indépendant depuis l'âge de 19 ans; sa passion  pour son métier lui est venue en travaillant avec un tavilloneur pendant ses congés, durant son adolescence.

Les étapes de la fabrication et de la pose du tavillon ont été expliquées, de même que les caractéristiques du bois choisi pour fabriquer les tavillons.






Les tavillons sont posés et cloués de cette manière sur la toiture.



Les visiteurs ont pu mettre la main à la pâte et fabriquer eux-même des tavillons. Pas facile quand le morceau de bois devient de plus en plus étroit!


Les outils du tavilloneur sont simples et peu nombreux. Tout le travail se fait manuellement.


Le bois est abattu lorsque la sève est redescendue de l'arbre. Les tavillons sont fabriqués durant l'hiver.


Ces visites ont été intéressantes et enrichissantes. 
Elles ouvrent la porte sur des activités peu connues. Elles permettent de prendre conscience de la valeur du travail et des objets produits de manière artisanale.

(* J'ai lu quelque part sur internet - mais argghh, je ne retrouve plus l'article - le conseil suivant: le fait de mettre par écrit, après avoir assisté à une conférence ou à tout autre moment où l'on apprend quelque chose, les trois idées principales retenues, permettrait de … devenir plus intelligent? mieux réussir dans la vie? avoir une conversation plus intéressante? … bref, je ne me rappelle plus. C'est bien la preuve que j'aurais dû suivre ce conseil immédiatement après avoir lu l'article. Mais promis, là je vais vraiment m'y mettre. D'ailleurs je me suis acheté un joli carnet gris pour cela.)

dimanche 6 avril 2014

Planifier ses vacances dans une grande ville


à Florence


J'ai la chance de bénéficier de beaucoup de congés étant donné que je suis enseignante (aïe, pas taper…) et avec mon chéri (qui n'est pas enseignant), je ne peux pas me plaindre, nous profitons bien de la vie durant ces moments. Il m'arrive aussi de partir avec d'autres personnes, bref, je saisis toutes les occasions!


Prochainement, nous allons nous rendre quelques jours à Vienne en Autriche. J'y suis déjà allée plusieurs fois car ma famille habite dans la région, et mon homme y est allé une fois pour le travail, mais c'est la première fois que nous nous y rendons tous les deux.

Comme j'adore cette ville, ses cafés, ses musées, ses bâtiments, je me réjouis tout particulièrement de m'y rendre avec ma moitié.

A force de lire partout qu'une des choses qui rend heureux, c'est de planifier ses vacances (sans même forcément mettre en oeuvre ses plans par la suite) (à lire à ce propos, l'article du New York times) et à force de le faire, je dois dire que c'est assez vrai, ça me fait vraiment du bien de me projeter dans tous ces endroits, toutes ces activités à venir.

Comme je suis une psycho-rigide de l'organisation (je crois que ça vient de mon métier...), je procède de manière assez rigoureuse, ou du moins de plus en plus au fil des années… et je viens de trouver un moyen de choisir le quartier où loger quand on part en vacances dans une ville.


En ce qui me concerne, voici les paramètres qui entrent en jeu quand je choisis un hébergement:

- Appartement ou hôtel? J'apprécie beaucoup le site airbnb.com qui permet de louer des appartements à des privés même pour juste une nuit. On peut aussi louer une chambre ou même juste un lit! Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets, au centre ou plus loin. Quand je loge dans un appartement plutôt qu'à l'hôtel, j'ai presque l'impression d'être une habitante de la ville :) et cela permet d'aller faire quelques courses au supermarché pour le petit-déjeuner ou pour d'autres repas, ainsi on peut manger plus léger qu'en allant tout le temps au restaurant.

- Et ensuite, comment choisir l'appartement? Comme nous habitons dans une maison un peu vieillotte, avec une mini salle-de-bain et très peu de pression à la douche, notre plaisir c'est d'avoir une salle de bain bien chauffée et toute neuve, avec une grande baignoire. Donc oui, un de mes critères c'est d'avoir une baignoire!

- L'autre critère principal, c'est la décoration de l'appartement…  J'adore aller dans des endroits qui correspondent à mes goûts. Il faut que je m'y sente bien, que ce soit accueillant,  design et/ou joli.

- Ensuite, s'il y a un petit plus, par exemple une terrasse sur le toit, ou des vélos compris dans la location, ça fait beaucoup pencher la balance!

- Bien sûr, je lis avec attention les commentaires des voyageurs précédents.


Voici quelques appartements que j'ai loués via www.airbnb.com ces dernières années:

A Brooklyn: quand même un peu loin de Manhattan mais très grand et pas cher, on s'y sentait bien le soir quand on rentrait de notre journée trépidante.

En Bretagne dans la région de Saint-Malo: vraiment tout près de la mer, avec un jardin, le calme absolu et le propriétaire juste à côté qui m'avait cuisiné une araignée de mer le premier soir!

A Copenhague: un appartement vraiment vintage (il ne fallait pas être trop maniaque) dans un quartier un peu chaud de Copenhague, mais à un prix très avantageux et avec beaucoup de place.

Sur une île près de Göteborg: une jolie maison très cosy, bien décorée (avec des magazines de déco aussi! Bon, en suédois mais c'est pas grave…) avec son petit jardin, mais surtout, sur une île sans voitures! Le dépaysement total…

A Stockholm je ne retrouve plus l'appartement où nous étions allées avec ma soeur, il a sans doute été retiré de la location. Mais là-bas il y a l'embarras du choix, la majorité des appartements proposés à la location sont beaux, bien meublés, bien décorés et lumineux (ou alors les photographes sont particulièrement doués, c'est aussi possible :)

Et voici l'appartement où nous nous rendrons prochainement, à Vienne! Je me réjouis énormément de le découvrir en vrai, j'espère que la réalité correspondra aux photos! Et qu'il fera assez beau pour que nous puissions profiter de la terrasse…

A Cadix, mon homme avait fait un effort et renoncé à l'hôtel, connaissant mon goût pour les séjours dans des appartements; il avait trouvé ce joli petit appartement sur trois étages avec en plus deux terrasses donnant sur les toits, dans la vieille ville de Cadix (via Booking.com).


Maintenant, le problème que je rencontre quand je veux louer un appartement dans une ville que je ne connais pas encore, c'est que j'ai beaucoup de mal à choisir le quartier. J'aimerais être assez près des principaux centres d'intérêt de la ville, dans un quartier sympa, mais pas trop bruyant et pas trop touristique, assez authentique si possible… Bref, l'équation impossible.

C'est en préparant une carte personnelle sur google.maps que j'ai compris comment j'allais procéder les prochaines fois (là c'est trop tard, j'ai déjà réservé!).
Je prépare donc ma carte personnelle, en y mettant tous les endroits qui m'intéressent. En l'occurrence, principalement des boutiques (oui, j'ai honte :) mais c'est un de mes plaisir en vacances, le shopping… alors que le reste du temps je ne m'achète quasi jamais rien), les musées que j'ai l'intention d'aller visiter, les cafés sympas, etc.
Ainsi, sur la carte, je peux visualiser les endroits où je vais me rendre et essayer de trouver un hébergement situé pas trop loin, ou alors accessible facilement par les transports publics (ou à vélo, étant donné que maintenant presque toutes les grandes villes ont un système de prêt de vélo à prix très doux).

Voilà le lien pour ma carte de Vienne! Bien sûr la liste des (bonnes) adresses n'est pas exhaustive, et je ferai certainement une mise à jour en revenant.

Voilà, c'était l'astuce du jour! Peut-être y aviez-vous déjà pensé, ou peut-être n'en avez-vous pas besoin, mais pour moi qui suis assez visuelle, je crois que ça va me simplifier la tâche, plutôt que d'essayer de jongler entre la carte du guide, la carte du site de location d'appartement, etc.

Et sinon, encore une petite astuce pour trouver de bonnes adresses: le site designsponge.com propose des guides pour presque toutes les grandes villes (en anglais), avec des adresses pour dormir, manger, visiter et faire du shopping. Certains guides datent un peu, donc ça vaut la peine de contrôler les adresses; ça permet de faire de jolies découvertes, sur lesquelles on ne serait pas tombé en restant dans les itinéraires touristiques habituels.

Bonne préparation de vacances!

En kayak dans les îles près de Göteborg avec ma soeur



dimanche 30 mars 2014

carte d'anniversaire

Voici la carte d'anniversaire réalisée dernièrement pour l'anniversaire de la petite-cousine de mon conjoint.

J'ai d'abord dessiné le motif du gâteau au dos du papier bleu. Le papier était plié en deux de manière à obtenir un motif symétrique.

Ensuite j'ai préparé le fond jaune en utilisant le gâteau bleu comme gabarit. Et pour finir j'ai préparé les chiffres roses.

Pour coller le tout, j'ai d'abord sprayé la colle sur tous les éléments, puis j'ai collé la partie jaune sur l'arrière du gâteau bleu, j'ai collé ces deux éléments sur la carte et pour finir j'ai rajouté les chiffres.

La colle utilisée est de la colle en spray repositionnable.



Pour le dessin, je me suis très fortement inspirée de ce découpage trouvé sur pinterest.

Cela vaut la peine de cliquer sur l'image pour accéder au blog dont elle vient. Malheureusement je ne parviens pas à trouver un lien pour accéder directement à l'image sur le blog. 

Du coup, il ne vous reste plus qu'à parcourir plusieurs pages pour la retrouver. Et ainsi vous pourrez admirer le travail de Masako Kubo.


jeudi 27 mars 2014

Journées européennes des métiers d'art : canton de Vaud

Je relaie l'information reçue dans le cadre de mon travail (à part ça je n'ai vu de publicité nulle part pour le moment).




Cette manifestation permet au public d'entrer en contact avec des artisans, d'assister à des démonstrations, de recevoir des informations sur les différentes facettes de leurs métiers et éventuellement de mettre la main à la pâte.

Dans le canton de Vaud, ce sont 26 artisans qui ouvrent la porte de leur atelier au public, de Lausanne au Pays d'Enhaut, en passant par la Côte et le Nord vaudois.

Pour ma part, je suis intéressée par la visite de l'atelier de Raynald Métraux, qui est imprimeur d'art et lithographe à Lausanne. Mais d'autres métiers m'interpellent, tel celui de taxidermiste!

Il est également possible d'assister au travail délicat du découpage, chez Doris Henchoz à Château d'Oex.

En Suisse, le canton de Genève participe également à la manifestation.

dimanche 23 mars 2014

Une deuxième vie pour des boîtes à thé

Dans ma cuisine, une étagère est consacrée aux thés que je consomme avec plaisir et souvent…

Je préfère les thés en vrac, la seule exception étant le thé noir en sachet auquel j'ajoute du jus de citron quand j'ai mal à la gorge, ou un bâton de cannelle quand j'ai des envies d'hiver et de Noël.

Au fil du temps, j'ai commencé à accumuler les boîtes en fer-blanc vides, sans pouvoir me résoudre à les jeter (c'est un de mes problèmes, être capable de jeter; mais je travaille dessus :)…

Puis j'ai trouvé une façon simple de les réutiliser: il suffit de leur donner une seconde vie en les recouvrant de papier japonais.



J'en ai déjà fait deux il y a plusieurs mois, pour ranger mes cosmétiques à la salle de bain (non illustrées).
Puis récemment, pour faire de petits présents lorsque j'étais invitée.

A cette occasion, j'ai sorti le livre de recettes et le moule pour faire des chocolats qui m'ont été offerts l'année passée : "Mini-délices au Chocolat" de Lucia Pantaleoni.

Je me suis lancée tout d'abord dans la confection de chocolats au café et au whisky:


A mon goût, l'utilisation du moule est à la fois ludique et contraignante. Le moule permet d'avoir de jolis chocolats bien formés, mais avec les quantités de la recette, il faut être patient: remplir les formes du moule en deux étapes, attendre que le chocolat ait durci, démouler avec délicatesse, recommencer,…

Voici la recette:

Pour 30 chocolats environ
130 g. de chocolat à 70% de cacao, 12 cl de crème fleurette, 1 cuill. à soupe de whisky, 10 g. de café lyophilisé
Pour l'enrobage: 300 g. de chocolat à 70% de cacao

- Râper 130 g. de chocolat dans un saladier
- Dans une casserole, porter la crème à ébullition, puis la verser sur le chocolat râpé
- Attendre quelques instants que le chocolat soit partiellement fondu, mélanger puis ajouter le whisky et le café. Mélanger soigneusement.
- Faire fondre 300 g. de chocolat au bain-marie.
- Tapisser les moules avec le chocolat fondu, lisser avec une spatule métallique, retourner les moules pour éliminer l'excédent de chocolat fondu et laisser figer.
- Verser la ganache dans les moules, lisser avec une spatule métallique, ajouter une couche de chocolat fondu, racler les bords avec la spatule et laisser figer avant de démouler.

Je n'ai malheureusement pas d'illustration des chocolats… mais ils étaient très bons et se sont gardés plusieurs jours.

Plus tard, pour une autre boîte, j'ai fait des mendiants, en suivant une autre recette du livre. En fait, c'est si simple qu'il n'y a pas besoin de recette!

Il faut du chocolat noir (en tout cas en ce qui me concerne, je préfère!) et des fruits secs et des noix.
- Faire fondre le chocolat noir au bain-marie
- Hacher les fruits secs et les noix
- A l'aide d'une cuillère, faire goutter le chocolat sur une feuille de papier sulfurisé de manière à ce qu'il forme un rond. 
- Déposer quelques morceaux de fruits secs et de noix sur le rond de chocolat fondu.
- Laisser durcir.



Et pour faire les boîtes?

Voici le matériel:


Choisissez une boîte qui sera facile à recouvrir. Le couvercle de la boîte peut poser problème. Pour la première boîte, de forme cylindrique, j'ai choisi de le garder mais sans le recouvrir. Pour la seconde boîte, je ne l'ai pas gardé.

La marche à suivre est la suivante:
- Mesurer le papier japonais aux dimensions de la boîte (il faudra peut-être prendre plusieurs morceaux).
- Encoller la boîte et le papier à l'aide d'un pinceau, utiliser de la colle pour les serviettes.
- Déposer le papier avec précision sur la boîte, repasser avec le pinceau et si besoin, de la colle, pour bien lisser le papier et l'appliquer contre la boîte.
- Le papier japonais étant un peu épais, il faut prendre son temps et s'assurer qu'il soit bien collé avant de laisser le tout sécher.



P.S. Ce post est spécialement dédicacé à Nicole!! Je te souhaite un bon début de semaine en buvant ton thé (ou café?) :)

dimanche 26 janvier 2014

cartes à texte

Ma maman fête son anniversaire le 18 janvier et ma grand-mère maternelle fête le sien le 22 janvier.
Du coup je me suis mise à la tâche pour leur préparer à chacune une jolie petite carte.
Ces temps, je suis assez attirée par ces espèces de "pensées" qui foisonnent sur Pinterest. Un truc assez américain j'ai l'impression. Parfois ça me saoule un peu, mais parfois j'y trouve l'inspiration et cela me parle vraiment.

Vous voyez, des phrases du genre:
"A negative mind will never give you a positive life" (non, tu crois!?! Je m'en serais pas doutée…)
"Find yourself, and be that" (un peu trop profond pour moi :)
"Celebrate the little things" (bonne idée! Il faut juste y penser mais je vais essayer de le faire)
"I really need a day between saturday and sunday" (oh que oui!)

On en trouve aussi en français, mais je sais pas pourquoi, ça me fait moins d'effet. Il manque le côté "american way of life", peut-être?

Ah, j'oubliais: ce que j'aime beaucoup dans ces phrases de développement personnel, c'est la mise en page, la typographie, le design utilisés. C'est aussi cela qui fait tout son effet.

Bref, j'avais décidé de trouver une petite phrase pour ma maman, et une autre pour ma grand-mère. Et je m'étais compliqué la tâche car comme ma grand-mère ne parle que l'allemand et que ma maman est de langue maternelle allemande, je voulais leur trouver une phrase en allemand. Ce que j'ai finalement trouvé; en plus pour chacune la phrase était bien appropriée.

Voilà le résultat:


 
Nous devrions parfois simplement faire ce qui nous rend heureux, et pas ce qu'il est le mieux de faire.

Il y a juste l'étiquette du milieu ("glücklich") qui est découpée, les autres mots sont écrits à la main.

Il est heureux, celui qui croit qu'il n'est jamais trop tard dans la vie pour commencer quelque chose de nouveau.

Pour faire ce découpage, j'ai "triché" car j'ai d'abord écrit le texte en utilisant word (ainsi j'ai pu plus facilement travailler sur la différence de taille des mots et sur leur positionnement les uns par rapport aux autres), avec une écriture trouvée sur le site www.dafont.com ("Bira"), puis je l'ai imprimé en miroir sur la feuille de couleur et j'ai ensuite fait le découpage "comme d'habitude".