dimanche 23 avril 2017

La brodeuse

Il y a quelques temps, je vous parlais des journées des métiers d'art; j'ai pu profiter de cet événement pour assister à plusieurs démonstrations et visites d'atelier. Quelle chance de pouvoir pénétrer dans ces lieux à l'atmosphère si particulière et de pouvoir écouter des artisans partager leurs connaissances et leur passion pour leur art! 

Je me suis rendue dans le Pays d'Enhaut où j'ai tout d'abord visité l'atelier de Cecilia Roger


Cette femme passionnée et énergique nous a présenté deux types de broderies qu'elle pratique: la broderie de Lunéville et la broderie du Japon. 
J'ai été particulièrement attirée par cette visite car j'ai pris quelques cours de broderie chez Lesage à Paris il y a plusieurs années. Lesage, c'est LA référence en matière de broderie, notamment pour la haute couture. Cet intérêt s'était développé suite au visionnage du film "Brodeuses": après avoir vu les cadres à broder, les perles et les paillettes, le lent, patient et minutieux travail de la broderie de Lunéville, j'avais voulu en savoir plus. J'avais d'abord pris un cours de un jour durant lequel j'avais brodé à l'aiguille, puis quelques temps plus tard, j'étais repartie pour quelques jours à Paris pour y suivre une initiation (12 heures de cours) au crochet.


Le crochet, c'est cet outil présenté ci-dessus. Je dois avouer que je ne suis plus capable de m'en servir, même si, après mon cours, enthousiasmée, j'avais acheté tout le matériel nécessaire (cadre, crochet, paillettes, perles) pour continuer à pratiquer la broderie de Lunéville. Mais je ne m'avoue pas vaincue! J'ai tout gardé pour le jour où j'aurai le temps de m'y remettre.
Avec le crochet de Lunéville, on travaille sur l'envers de l'ouvrage. Le tissu est tendu sur un cadre rectangulaire, lui-même posé sur des tréteaux. On a une main au-dessus du cadre (celle qui tient le crochet) et une main au-dessous, du côté de l'ouvrage (celle qui tient le fil). Les perles ou les paillettes que l'on veut broder sont déjà toutes enfilées sur le fil et avec le crochet, on les applique sur le tissu en faisant un point entre chacune des perles ou paillettes.


Un détail du travail de "démonstration" de madame Roger; on y aperçoit plusieurs types de points



Détails de travaux réalisés par madame Roger durant sa formation chez Lesage





Nous avons eu la chance de pouvoir admirer de très près les travaux réalisés par madame Roger. Sachant que toutes ces perles ont été appliquées à la main, on ne peut être qu'émerveillé par cette patience et ce savoir-faire.




Ici, les perles sont appliquées en suivant le motif du tissu

Après s'être consacrée à la broderie de Lunéville, madame Roger a développé une passion pour la broderie japonaise. A quelques nuances près, les matériaux utilisés sont les mêmes mais le résultat est différent. Lorsque l'on pratique la broderie japonaise, on a en tête le rendu précis que l'on désire obtenir; en fonction de ce but, on va choisir la technique adéquate.






Un atelier rempli de couleurs qui attirent l'oeil, de matériaux variés et de beaux objets

A nouveau, quelle chance d'avoir pu côtoyer ce petit monde unique et magique l'espace de quelques instants! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire